Sommeil et médecine générale
 Sommeil et médecine générale
Recherche dans le site

Quizz
«La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe» (Jacques Prévert).


Pour savoir bien piloter son propre sommeil, il est parfois nécessaire de réviser certaines idées reçues car il apparaît en pratique que la plupart des bons conseils (formulés par les bons dormeurs) ne sont d'aucune aide pour les mauvais dormeurs.
Cela est dû au fait que ce qui est bien fondé pour l'un peut ne pas du tout l'être pour l'autre!
On sait par exemple que nous n'avons pas tous les mêmes besoins et qu'il y a plus de tailles de sommeil que de tailles de chaussures (voir le questionnaire interactif pour déterminer son chronotype : Quelle taille de sommeil faites-vous donc ?).
C'est parce que les connaissances scientifiques sur les mécanismes du sommeil ont considérablement évoluées ces trente dernières années qu'il est selon nous, grand temps de remettre en question certaines croyances.

En voici quelques illustrations:

Cliquez sur les affirmations suivantes et suivez les liens pour accéder à plus d'informations:
Nb. Les questions sont classées par chapitres (Sommeil Normal, problèmes d'Insomnie, le sommeil et la Fatigue, le sommeil et l'Âge), et les réponses s'ouvrent automatiquement.
Insomnie
Un bon dormeur est capable de s'endormir n'importe où et n'importe quand.

Cela se discute... La capacité à s'endormir même dans un lieu bruyant ou en position inconfortable est plutôt un signe de somnolence diurne excessive, pouvant témoigner d'un important déficit de sommeil. C'est le rythme de sommeil «extrême» des navigateurs solitaires, des grands hommes politiques (N. Bonaparte, W. Churchill) ou des vedettes du show-business.
Le problème des malades souffrant d'apnée du sommeil par exemple, est bien de s'endormir trop facilement le soir ... mais aussi au volant de leur véhicule. Chez un bon dormeur, les tests itératifs d'endormissement (Tile) montrent qu'il est presque impossible de dormir «à la demande» en-dehors des deux périodes d'ouverture des «portes physiologiques du sommeil», autour de 23h et de 13h (voir régulation du sommeil).