Sommeil et médecine générale
Recherche dans le site

Accueil > Sieste > Le somme avec une clé

Le somme avec une clé

La "sieste flash", ou micro-sieste d’après Salvador Dali

Dali était un peintre, il avait besoin de reposer ses bras.
Dali était un insomniaque actif, il travaillait la nuit au cours de réveils prolongés et il avait aussi besoin de dormir dans la journée.

La sieste se fait sentir en début d’après midi à cause de l’ouverture, par l’horloge interne, d’une "porte sur le sommeil".
On fait la sieste pour deux raisons :
1/ parce que le sommeil nocturne est insuffisant (principalement par privation de sommeil, volontaire ou non, et apnée du sommeil).
2/ parce que la personne a l’habitude de dormir un peu à ce moment-là, et que le "disque interne" a enregistré cette option. la sieste peut être un choix de vie.

Mais les connaisseurs savent qu’il y a deux précautions à prendre :
1/ il ne faut pas que la sieste serve à compenser, et donc à masquer, une Somnolence Diurne Excessive pathologique.
2/ et il ne faut jamais se laisser surprendre par une sieste inopportune ou trop longue.

Il est évidemment néfaste de lutter contre le sommeil, mais la sieste est une arme à double tranchant : car si elle est trop longue, elle amoindrit les performances (au réveil), et par ailleurs décale l’horloge interne et contribue à entretenir un éventuelle insomnie.

Par contre, lorsque l’on sait "qu’on le vaut bien" (Nda. comme dit la publicité), il est encore plus bénéfique d’en favoriser la venue au meilleur moment, et d’en augmenter ainsi l’efficacité, comme le fait si bien remarquer le peintre : "ce moment fugitif est entièrement suffisant vu que vous n’avez pas besoin d’une seconde de plus pour que votre être physique et psychique tout entier soit reposé".

Dali avait tout compris de la puissance de la micro-sieste en début d’après-midi. Elle lui permettait de reposer les bras, tout en honorant une bonne partie de ses dettes de sommeil.

Car le cerveau est un banquier complaisant s’il voit qu’on le respecte et qu’on fait preuve de bonne volonté à son égard...


<div

JPEG - 9.9 ko
"ce moment fugitif, où vous avez à peine perdu conscience"
La sieste flash selon Dali

Le « somme avec une clé »

Pour pratiquer le « sommeil avec une clé »...

Asseyez-vous dans un fauteuil osseux, de préférence de style espagnol, la tête renversée appuyée sur le cuir tendu du dossier.

Vos deux mains doivent pendre en dehors des bras du fauteuil auxquels les vôtres seront soudés dans un affaissement de totale relaxation.

Dans cette position, vous tiendrez une lourde clé que vous garderez suspendue, serrée délicatement entre les extrémités du pouce et de l’index de votre main gauche.

Sous la clé, vous aurez au préalable placé par terre une assiette à l’envers.

Ayant terminé ces préparatifs, vous n’aurez qu’à vous laisser envahir progressivement par le sommeil serein de l’après-midi, comme la goutte spirituelle d’anisette de votre âme montant dans le cube de sucre de votre corps.

Lorsque la clé tombera de vos doigts, le bruit de sa chute sur l’assiette retournée vous réveillera sûrement, et vous pouvez être sûr également que ce moment fugitif, où vous avez à peine perdu conscience, et pendant lequel vous ne pouvez pas être certain d’avoir vraiment dormi, est entièrement suffisant vu que vous n’avez pas besoin d’une seconde de plus pour que votre être physique et psychique tout entier soit reposé.

JPEG - 15 ko
L’Angelus architectonique de Millet,
Salvador DALI (1933)

(... / ... ) Mon grand ami le peintre José Maria Sert, m’expliqua, dans une conversation mémorable sur les différents types de sommeil selon les arts, que "le somme avec une clé" était traditionnellement pratiqué par les peintres aviso des dessins architectoniques [1], qui avaient besoin, pour exercer leur métier, d’une main exceptionnellement sûre et calme.

Salvador Dali

JPEG - 12.1 ko
Art architectonique contemporain ?
(Nda. très beau !)

Notes

[1En philosophie, l’architectonique est la coordination scientifique de tous les savoirs ou des diverses parties d’un système. Le terme a d’abord été utilisé par Aristote dans L’Ethique à Nicomaque : la politique est l’art de l’architectonique, qui organise les activités de la Cité.




Auteur | Contact | Copyleft | Traductions | derniere modif 8 avril 2011.