Sommeil et médecine générale
Recherche dans le site

Accueil > La veille et le somm.. > Savoir dormir > Iconographie des caractéristiques du sommeil

Iconographie des caractéristiques du sommeil

Iconographie personnelle du Docteur Pérémarty
Sous Copyleft à condition de préciser la source : www.sommeil-mg.net

Plan général de la rubrique "iconographie" :



Définitions polysomnographiques des stades du sommeil selon le "manuel de Rechtschaffen et Kales" ("Manuel de terminologie et de système de notation normalisé pour les stades de sommeil des sujets humains" ; 1968).

Tableau récapitulatif des caractéristiques du sommeil.

JPEG - 55.2 ko


Les grapho-éléments aux différents stades de sommeil.

  • "C3A2" et "C4A1" sont les deux traces obtenues à partir des différences de potentiel électrique mesuré en surface du crâne. Cette activité électrique prend la forme d’ondes sinusoîdales dont l’amplitude (en microvolts) et la fréquence (nombre de cycles par seconde) déterminent les différents niveaux d’éveil. [1]
  • "LOC" et "ROC" sont les traces de l’activité électrique produite par les muscles responsables des mouvements des yeux droit (right oculogram "ROC") et gauche (LOC). On distingue des mouvements lents (MOL) ou rapides (MOR ou REM pour Rapid Eyes Movements). Les capteurs sont posés de manière à distinguer les mouvements en phase ou en contre-phase des deux yeux. [2]
  • L’ "EMG" (électro-myogramme) est le témoin de l’activité électrique produite par un petit muscle au niveau du menton. Au repos et en sommeil lent, ce muscle conserve un tonus de base qui, par contre, disparaît totalement en sommeil paradoxal. (Ce qui, en pratique, correspond à l’empreinte des draps sur la peau du visage et à certaines impressions de paralysie au cours du sommeil.)
  • L’ "ECG" est l’enregistrement de l’activité du cœur plus ou moins rapide ou irrégulière selon les stades du sommeil.

  • Éveil les yeux ouverts
  • L’EEG montre un rythme appelé "Bêta" fait de fréquences rapides (sup. à 14 cycles/seconde), irrégulières et de bas voltage.
    Les mouvements oculaires sont rapides (activité de lecture ?), le tonus musculaire est intense, correspondant aux mouvements volontaires (parole ?).

    JPEG - 19.7 ko
    Eveil(EEG et EMG)


  • Éveil les yeux fermés
  • Ce rythme bien régulier de 8 à 13 c/s est appelé "Alpha". Il témoigne d’un état psychique calme et détendu, les yeux fermés, et s’interrompt dès l’ouverture des yeux par l’activation des aires visuelles.

    JPEG - 38.8 ko
    éveil yeux fermés : rythme Alpha et Mouvements occulaires lents

  • Endormissement, Stade 1 :
  • L’activité EEG est moins rapide (3 à 7 c/s) et de bas voltage, dite "Thêta" avec des mouvements oculaires lents (MOL) en phase et un arrêt des mouvements du corps.


  • Sommeil Lent Léger, Stade 2 :
  • JPEG - 15.9 ko
    La richesse en Spindles témoigne de la qualité du sommeil


    Activité EEG Thêta avec présence des deux grapho-éléments caractéristiques de ce stade :
    - les fuseaux de sommeil (ou spindles), petites bouffées de rythmes rapides de 15 à 18 c/s et dont l’amplitude croît et décroît.
    - les complexes K, grandes ondes biphasiques qui viennent souvent artéfacter l’EOG alors qu’il n’y a pas de mouvements oculaires (non REM sleep).
    Les fuseaux sont interprétés comme des signes de sommeil de bonne qualité, alors que les complexes K apparaissent comme le signe d’une réaction d’auto-protection du sommeil. On observe que cela se produit lors d’un bruit par exemple.

    JPEG - 5.2 ko
    Spindel (fuseau de sommeil)

    Le sommeil léger (stade 1 et 2) occupe environ 50 % du temps de sommeil total.
    Il a été démontré que la perception du sommeil par le dormeur est ici très subjective : lorsqu’on les réveille et qu’on les interroge, environ 50 % des bons dormeurs et 80% des mauvais dormeurs pensaient ne pas dormir.
    Il faut donc savoir favoriser le sommeil profond car la sensation d’insomnie est très fréquente dans les phases de sommeil léger.

  • Sommeil Lent Profond :
  • Stade 3 : présence de grandes ondes lentes "Delta" (0,5 à 2,5 c/s) sur au moins 30% de la page.
    Stade 4 (plus de 50% de la page) ;
    Le tonus musculaire est bas et disparaît totalement par instants.
    Le cœur est régulier et légèrement ralenti, la tension artérielle est stable, plus basse que durant l’éveil (ce qui explique que les accidents cardio-vasculaires surviennent plus souvent au cours de la nuit).
    la température est très stable grâce à la persistance des mécanismes de régulation thermique.
    La respiration est régulière, l’oxygénation du sang très stable malgré une réduction de la fréquence respiratoire et du diamètre des bronches (ce qui explique que les crises d’asthme surviennent plus souvent au cours de la nuit).

  • Sommeil Paradoxal :


  • Activité rapide de bas voltage (semblable à de l’éveil), avec parfois quelques bouffées d’ondes rythmiques "en dents de scie", spécifiques à ce stade.
    Le SP est caractérisé par la présence de secousses rapides des muscles oculomoteurs (MOR pour Mouvement Oculaire Rapide, ou REM pour Rapid Eye Movement) qui persistent malgré l’abolition complète du tonus musculaire enregistré sur le menton.

    On constate, de plus, une irrégularité de la tension artérielle, de la fréquence respiratoire et du rythme cardiaque (les seuls systèmes musculaires qui ne sont pas totalement paralysés en SP).
    À noter aussi l’absence totale de régulation thermique. L’absence de thermorégulation en SP explique certaines sueurs nocturnes et le danger que représente le sommeil dans la neige ou, par exemple, lors de la dernière "canicule", chez des personnes âgées souvent fragilisées par l’abus des somnifères.
    Toutes ces perturbations physiologiques témoignent de la mise "hors-circuit" provisoire de presque toutes les fonctions de régulation de l’organisme au cours du SP, qui contraste étrangement avec l’intensité de l’activité EEG (d’où le terme de "paradoxal" choisi par le Pr. M Jouvet à Lyon en 1961).

    L’EMG plat du SP présente quelques fines décharges appelées "twitches" qui correspondent aux petites secousses du visage ou des doigts (des moustaches ou des pattes chez le chien ou le chat) que l’on peut observer au cours du sommeil et que l’on rattache à l’activité onirique (le contenu du rêve ?).

    JPEG - 30.4 ko
    SP avec atonie musculaire et "Twitches"

    Remarque.
    Une congestion des organes sexuels (érection) est présente à ce stade chez tous les mammifères. Sa signification reste un mystère mais on l’enregistre parfois en sexologie pour distinguer les impuissances organiques des impuissances fonctionnelles.


Voir les articles connexes :
- "Sexsomnies" (des phénomènes à connaître...).
- "Rêve et sommeil (interprétation "somnologique" de la présence des rêves... ).
- "Les parasomnies" (somnambulisme, énurésie, bruxisme, etc ...).
- "Troubles du comportement en SP"


P.-S. 
JPEG - 1.6 ko
Quelques liens externes pour en savoir plus...

Notes

[1Ces "micro-décharges électriques" qui sont enregistrées sur l’électroencéphalogramme sont amples et régulières lorsque les neurones sont au repos et fines et désynchronisées lorsque chaque neurone "travaille" pour son propre compte comme pendant l’éveil ou en sommeil paradoxal (d’où son nom).

[2Les mouvements oculaires rapides (Rapid Eyes Movements) sont caractéristiques du sommeil paradoxal que les Anglo-Saxons désignent sous l’appellation de "REM sleep" par opposition au sommeil lent, le "Non REM sleep".
Les M O Lents sont caractéristiques de l’endormissement.
Les mouvements des yeux durant l’éveil sont rapides et sont synchronisés en phase (du même côté), contrairement aux MOR du SP qui sont en opposition de phase.




Auteur | Contact | Copyleft | Traductions | derniere modif 13 février 2010.