Sommeil et médecine générale
Recherche dans le site

Accueil > Questionnaires de méde.. > Test durée du sommeil

Test durée du sommeil

"Il y a plus de tailles de sommeil que de tailles de chaussures" (Dr GP).


La durée moyenne du sommeil chez l’adulte se répartit sur un éventail qui va de 4 à 11 heures par jour.
La médiane se situe autour de 7h30 par 24h, mais il y de grandes différences individuelles.

Comment connaître la juste mesure ?
On peut tenter de la déterminer à partir de questions qui évoquent le comportement naturel à un âge où les signaux du sommeil s’expriment avec le plus de force : la période de l’enfance.


Voir les autres questionnaires sur le sommeil  :
- Étes-vous « matinal ou vespéral » dormeur ?. (Cf.« typologie matin-soir »).
- Êtes-vous « souple ou rigide » ?. (Cf.« Plasticité »)
- Déterminez votre chronotype . (Quel dormeur êtes-vous donc ?).


Quelle « taille de dormeur » faites-vous donc ?

Calculez le total de vos points pour avoir une estimation de la durée de votre sommeil (par rapport à celle de vos contemporains).

    1°/. Pensez-vous avoir le sommeil très léger ou très lourd ?

  • Très léger (vous pouvez vous réveiller facilement) (1 point)
  • Pas d’opinion (2 points)
  • Très lourd (quand vous dormez, vous n’entendez rien) (3 points)

    .

    2°/ Que disait-on de vous à l’âge où vous étiez un nourrisson ?

  • Vous ne dormiez "jamais", ou très peu (1 point)
  • Pas de souvenir (2 points)
  • Vous avez "fait" vos nuits très tôt (3 points)

    3°/. À l’école maternelle, on fait faire la sieste à tous les enfants.
    Essayez de vous rappeler si :

  • Vous étiez pénalisé(e) de ne pas parvenir à dormir (1 point)
  • Pas de souvenir (2 points)
  • Vous aimiez bien dormir (3 points)

    4°/. Lorsque vous étiez enfant (6/10 ans), vous rappelez-vous si ?

  • Vous mettiez souvent longtemps à vous endormir ? (1 point)
  • Vous dormiez assez facilement ? (2 points)
  • Vous aimiez parfois faire la sieste durant les vacances (3 points)

    5°/. Lorsque vous étiez adolescent(e), vous rappelez-vous si ?

  • Vous n’aviez pas toujours besoin d’un réveil-matin (1 point)
  • Vous faisiez la grasse matinée ou la sieste le dimanche (2 points)
  • Vous dormiez souvent davantage que les autres (3 points)

Calculez votre total entre 5 et 15...

10 à 15 points ? = long dormeur :

Tant mieux, en principe, vous ne risquez pas de souffrir d’insomnie...
"Il n’est pas possible de marcher avec des chaussures plus petites que sa propre pointure, ... cela fait très mal aux pieds, surtout pour courir vite."
En d’autres termes, il vous faut respecter votre besoin de sommeil et ne pas trop tirer sur la corde.
Nb. Les long dormeurs vivent souvent avec des dettes de sommeil et doivent savoir profiter des bienfaits de la sieste pour pouvoir s’adapter aux rythmes du monde moderne.


Attention aux risques de somnolence diurne excessive par privation volontaire de sommeil !

En cas d’urgence, la sieste "flash" de quelques minutes peut contribuer à restaurer un seuil de vigilance acceptable.
- Le sommeil des longs dormeurs est constitué de beaucoup de sommeil léger. Il est donc parfois possible de réduire la durée du sommeil si l’on en augmente la qualité (avec le sport par exemple).
- Les longs dormeurs savent aussi que la nature a prévu des amortisseurs et qu’il est toujours possible de faire quelques dettes... à condition de savoir les payer au bon moment.

Voir l’article "Sieste" : Définition et Mode d’emploi).

5 à 10 points ? = court dormeur :

Tant mieux, lorsque les circonstances l’imposent, vous pouvez gagner du temps par rapport aux autres.

"Il est tout à fait possible de marcher avec des chaussures trop grandes... mais c’est peu pratique pour courir vite."

En d’autres termes, certains petits dormeurs pensent avoir besoin d’autant de sommeil que tout le monde et se forcent inutilement à dormir.
Nb. Lorsqu’un court dormeur allonge son temps de sommeil, il augmente les périodes de sommeil léger et (très probablement) les souvenirs de rêves (Cf.).


Attention aux risques d’insomnie nocturne due aux effets secondaires des siestes qui sont donc à utiliser avec de grandes précautions !

- Si vous ne somnolez pas dans la journée et si vous vous réveillez dans la nuit, vous auriez peut-être intérêt à essayer de dormir moins que huit heures par jour (pour certaines personnes, 5 à 6 heures sont largement suffisantes).
- Si vous souffrez d’insomnie et/ou de fatigue, ne vous trompez pas de coupable : ce n’est pas de la somnolence, et ce n’est pas en allongeant votre temps de sommeil que vous vous reposerez davantage.
Pensez à ce que disait Montaigne : " Platon veut plus de mal à l’excès du dormir qu’à l’excès du boire" car trop de sommeil fatigue.

Voir l’article "Sieste" : indications et contre-indications.

Quel dormeur êtes-vous donc ?

Déterminez votre chronotype .

Le chronotype est l’ensemble des caractéristiques somnologiques d’un individu.
Ces caractéristiques sont génétiquement déterminées dès la naissance et conditionnent l’efficacité du sommeil.
Le chronotype constitue le « réglage de base » de la balance qui contrôle l’horloge interne des horaires du sommeil et de l’éveil.
Il conditionne les fluctuations de très nombreuses variables biologiques.

« Un patient informé se soigne mieux ! »

Il est indispensable de bien se connaître lorsque l’on cherche à apprivoiser son sommeil. C’est le cas, par exemple, dans l’insomnie, ou les problèmes d’adaptation à des horaires imposés (décalages horaires ou travail posté).

Pour observer l’influence du chronotype sur le sommeil, voir : la "Modélisation des Balanciers du Sommeil".
Une animation interactive qui tient compte des principaux paramètres qui influencent l’alternance veille-sommeil.

NB. Cliquer sur le logo pour effectuer un grand questionnaire interactif sur les troubles du sommeil :



Auteur | Contact | Copyleft | Traductions | derniere modif 10 février 2010.